Charlotte Perriand 1903-1999

Charlotte Perriand a suscité l’attention de Le Corbusier dès 1927 avec son Bar sous le toit présenté au Salon d’automne qui recourrait déjà à un style fonctionnel dépouillé des scories du style Art déco alors en vogue. Pourtant, lorsque quelques jours plus tôt, elle avait présenté au maître son portfolio avant-gardiste, la toute jeune diplômée de l’Union centrale des Arts Décoratifs avait dû endurer une désobligeante fin de non recevoir : “On ne brode pas les coussins ici”. Des dix années passées avec Le Corbusier et Jeanneret a émergé la série destinée à la Villa Church en 1928 avec la mythique chaise longue LC4, le fauteuil LC2 dans lequel Steve Jobs aimait présenter les nouveaux fleurons de sa marque et la L6, magnifique table aux pieds profilés en “ailes d’avion”, tous édités par Cassina comme ses créations personnelles. Femme engagée et proche de Jean Prouvé avec lequel elle a réalisé des programmes d’équipements collectifs, elle a enchaîné des projets en avance sur leur temps dérivés des principes de l’habitat minimum, comme des meubles en kit ou un mobilier multifonctions pour l’étudiant. Influencée par l’esthétique épurée de l’art japonais d’habiter, Perriand renoue ensuite avec le bois pour concevoir le système modulaire Refolo, l’étagère Nuage ou la chaise Ombra Tokyo. Sa vie créative d’une incroyable longévité démontre un esprit formaliste et ergonomique comparable à celui de ses homologues masculins qui a sans doute contribué à humaniser davantage les conceptions promues par Le Corbusier.

*Objets faisant partie de la sélection Bel Œil

— La berger