G. Malanga – « de l’air »

— Avril 2020

Gerard Malanga est dans « de l’air » !

Merci au magazine « de l’air », qui publie dans son édition anniversaire d’Avril 2020 un portfolio d’œuvres du grand Gerard Malanga

Confinement oblige, « de l’air » nous autorise à vous donner le lien ci-dessous, pour consulter son dernier numéro : 20 ème anniversaire, avec la participation de nombreux photographes que nous apprécions : Jürgen Nefzger, Eric Bourret, Georges Rousse, etc… 

Bonne lecture… et abonnez vous à ce magazine de qualité, édité à Nice !

Mais profitons en aussi pour mieux vous présenter Gerard Malanga, poète, danseur, réalisateur et photographe américain que nous côtoyons chez Bel Œil depuis de nombreuses années :

Embauché au départ à la Factory pour la conception des sérigraphies, il est le bras droit d’Andy Warhol de 1963 à 1970, avec qui il créera, entre autres, le magazine Interview.

Gerard Malanga côtoiera l’ensemble de la scène underground new-yorkaise des années 60-70, et tirera le portrait de nombreux acteurs, artistes, musiciens, écrivains, et danseurs présents à cette époque.

En 1966, au Café Bizarre, Gerard Malanga rencontre le Velvet Underground, animé par Lou Reed et John Cale, et les présente à Warhol.
Gerard noue le contact en dansant avec eux, muni d’un fouet de dresseur, dans le spectacle Exploding Plastic Inévitable (EPI).

Après son départ de la Factory en 1970, il continue à photographier les représentants du monde littéraire, artistique et musical, et par ailleurs, poursuit ses recherches en poésie : il développe sa propre démarche, très personnelle, et installe véritablement son oeuvre de poète et de photographe hors pair, témoin de son temps.

Nous avons eu le plaisir de présenter le travail de Gerard lors de multiples expositions, et pour les foires Show Off, Art Genève, Paris Photo et Photo London (en collaboration avec la Galerie Caroline Smulders – ILMJ et Gagosian Paris).
Ses œuvres sont entrées dans nombre de collections prestigieuses… et il est venu de New York régulièrement au cours des dernières années, pour présenter des conférences à La Villa Arson, à la Maison Européenne de la Photographie, à la Philarmonie de Paris…

Le contact avec Gerard est toujours riche d’enseignements, tant son expérience du monde culturel contemporain est grande, et nourrie de rencontres exceptionnelles…
Il nous racontait récemment son amitié avec le grand Ettore Sottsass.
Voici un extrait de son dernier email : 

« I was friends with Ettore & his wife Fernanda (« Nanda ») Pivano.  Ettore dabbled in photography with all else that he was doing.  The Valentine typewriter, etc.  His editorial know-how with Domus…

We go back to the late 1960s.  In 1976, Ettore & Nanda came to New York for the opening of the boutique department store called Fiorucchi.  Ettore designed the entire interior.  It was all so funny.  He had colored cables dangling from the ceiling ; I call them his ‘guts’.  It was a grand opening.  What a group of people who had assembled.

I loved Ettore & Nanda; they were like mentors to me.

Ettore’s proudest moment, as he confided in me, was designing the home of the gallerist, Bruno Bischofberger.  Bruno had made a very astute move to choose Ettore because Ettore, in his heart of hearts, had really wanted to design homes, to be an architect in full swing. For some strange reason, he did very very little of that. Bruno’s house, if I remember correctly, is a beautiful & simple unadorned black cube, somewhere in a Swiss forest.

Sadly, I never had the opportunity to photograph him. It had to do with either of us not being together at the right time & place.  Nanda I did photograph in 2004 when she came to visit at my home in Brooklyn.  She’s in my « Souls » box. »

… tout est lié !

vous pourrez voir plus d’œuvres, de textes et de vidéos sur notre page « Collection »